Bien-être animal : bien accompagner le sevrage du chiot

Bien-être animal : bien accompagner le sevrage du chiot

Troubles digestifs, troubles du comportement chez le chien… et si le problème résidait dans le sevrage du chiot ?


Un sevrage inférieur à 8 semaines de vie d’un chiot nuit au bien-être animal

Troubles digestifs

Le passage d’une nourriture liquide et lactée à une nourriture solide est étroitement lié à l’arrivée à maturité de l’appareil digestif du chiot. S’il a lieu trop tôt, des diarrhées et vomissements peuvent apparaître, puis perdurer chez le jeune chien, du fait de la trop grande délicatesse de l’estomac et de l’intestin.

Troubles du comportement

Pendant la période d’allaitement la chienne conduit son chiot vers sa maturité disciplinaire et comportementale.* Un chiot trop rapidement séparé de sa mère risque de ne pas recevoir une éducation complète et peut rencontrer à l’avenir des difficultés de socialisation, se montrer craintif, agressif, voire entretenir une relation chaotique avec l’autorité.

 

Les étapes à suivre pour un sevrage réussi

La règle d’or des 4, 5, 7

Entre la quatrième et la cinquième semaine, la nourriture solide est introduite en petite quantité dans l’alimentation du chien. De la cinquième à la sixième semaine, les rations solides augmentent en quantité, sans encore être trop variées. Ce n’est qu’entre la septième et la huitième semaine qu’on donne au chiot 3 rations journalières, au maximum 4. Après la huitième semaine, on considère que le chien n’a plus besoin d’apport lacté.***

Comment pallier l’absence de la mère ?

Si la France interdit la vente d’un chiot avant la huitième semaine de vie, et ce pour lutter contre le sevrage précoce, il arrive malheureusement que le chiot soit plus rapidement obligé de se nourrir seul. Il incombe alors au maître ou au dresseur de gérer l’étape du sevrage. Pour l’introduction de la nourriture solide, on mélange progressivement des croquettes écrasées à du lait maternisé, en respectant la règle des 4, 5, 7. Pour l’apprentissage de l’autonomie, on habitue le chien, à partir de la quatrième semaine, à rester seul pendant des plages de temps qui augmentent progressivement, jusqu’à 2 heures à 8 semaines.

 

L’importance des professionnels de santé dans le sevrage du chiot

Le vétérinaire en premier lieu

Le vétérinaire qui pèse l’animal lors des premières visites de contrôle surveille les étapes du sevrage et contrôle les éventuelles pertes de poids. Il conseille, également, en cas de sevrage compliqué et d’intolérance alimentaire à l'introduction de la nourriture solide dans l’alimentation du chien.

La médecine douce en parallèle

Un ostéopathe, par la manipulation du chiot et le travail sur ses points de tension, peut soulager les troubles digestifs d’un chien précocement sevré ou encore accompagner le chien vers un apaisement affectif et physique. Un spécialiste des problèmes comportementaux des animaux peut travailler avec le chien précocement sevré sur la phase manquée d’éducation aux limites. Enfin, des anti-stress pour chiens (CBD pour chiens, phéromones) sont facilement accessibles dans le commerce et d’un grand soutien pour l’animal, comme le maître.

 

CBD pour chiens et chiots

 

Les informations et produits présentés sur ce site ne sont pas destinés à un usage médical. Demandez toujours conseil à un vétérinaire pour toute question relative à un problème de santé de votre animal.