epilepsie chat

L’épilepsie chez le chat : ayez l’œil

Zoom sur les épilepsies du chat

Les 3 phases de la crise d’épilepsie

Agitation globale de l’animal, tendance à l’isolement : avec un peu d’expérience, le maître peut apprendre à cerner les signes avant-coureurs de la crise qui s’étendent sur quelques minutes, heures ou jours. Raidissement du corps, salivation incontrôlée, perte de connaissance : voilà la crise déclenchée, deuxième étape qui dure en général 2 à 5 minutes. Pendant la troisième phase (quelques heures, voire une journée), le chat cherche à reprendre ses esprits. Il peut apparaître désorienté, parfois très affaibli.

Épilepsies : crises partielles ou générales ?

L’épilepsie du chat peut être de deux types selon les zones du cerveau touchées. Lors de la crise de type 1, le chat a le regard fixe, émet des grognements, présente des contractions de la face… La crise de type 2 atteint plusieurs zones du cerveau. Le chat s’affaisse brutalement sans connaissance, de la mousse sort de sa bouche, semblable à des vomissements. De manière générale, ces crises attaquent considérablement le chat au niveau neurologique.

 

Épilepsie du chat : quelle marche à suivre ?

Les urgences vétérinaires à tout prix ?

Après une crise d’épilepsie, n’hésitez pas à amener votre animal chez votre vétérinaire. Cependant, le plus important est d’avoir les bons réflexes pour protéger l’animal : on éloigne les objets contondants, on veille à entraver escaliers, portes ou fenêtres pour éviter de mauvaises chutes. Cependant, si les convulsions durent plus de 5 minutes, alors le système neurologique du chat peut être mis en danger et il devient nécessaire de consulter en urgence.

Quand le suivi est nécessaire…

Lorsque votre chat est sujet à des crises à répétition, un contact médical est nécessaire pour diagnostiquer l’épilepsie. Des contrôles sanguins peuvent indiquer si les troubles ont des origines extracrâniennes (toxines dans le corps, insuffisance en sucre, hypertension). Des IRM permettent de diagnostiquer des causes intracrâniennes (tumeurs, inflammations, malformations du cerveau, hématome mal résorbé, etc.).  Ainsi le vétérinaire peut décider de la façon de traiter le dérèglement.

 

Comment bien accompagner son chat épileptique ?

Le CBD pour animaux : grande révolution dans l’épilepsie du chat

Des recherches prouvent l’efficacité du cannabidiol sur le bien-être animal et plus précisément sur les crises d’épilepsie. Les vétérinaires en parlent de plus en plus ouvertement et reconnaissent que grâce à ses propriétés actives naturelles, cette substance exerce un effet calmant sur l’animal et limite les convulsions. N’hésitez pas à vous renseigner sur cette nouvelle génération de compléments alimentaires qui peuvent adoucir le quotidien de l’animal.

Le plus de la médecine naturelle

En parallèle du suivi vétérinaire, pourquoi ne pas consulter des spécialistes du corps comme les ostéopathes ou physiothérapeutes ? Par leurs actions et manipulations diverses, ils décèlent les zones de tension chez l’animal et détectent des points de pression qui agissent sur le cerveau. Pour des cas d’épilepsie idiopathiques qui ne s’expliquent ni par des causes intracrâniennes, ni extracrâniennes, des séances de relaxations corporelles aident aussi le chat à diminuer l’anxiété générale causée par des crises qui l’assaillent sans prévenir.

 

 

L’épilepsie chez le chat

 

 

 

 

Les informations et produits présentés sur ce site ne sont pas destinés à un usage médical. Demandez toujours conseil à un vétérinaire pour toute question relative à un problème de santé de votre animal.